Mise à jour le 10 avr. 2024

Évolution des accords avec les éditeurs


Basée sur le principe du "bien commun", la science ouverte est un mouvement qui vise à rendre la recherche scientifique et les données qu'elle produit accessibles à tous, sans entraves, c'est-à-dire sans barrière économique, légale ou technique.
Le contexte national et international sont favorables à son développement et en 2022, Lyon 2 publiait une feuille de route pour la science ouverte.
 

Deux modèles économiques structurent l'écosystème de la science ouverte :

► La voie verte (Green Open Access) est la voie du dépôt d'un article par l'auteur·e (ou une tierce personne) dans une archive ouverte, par exemple HAL. On parle alors d'auto-archivage.

► La voie dorée (Gold Open Access) s'applique à une revue dont tous les articles sont en accès gratuit et immédiat sur le site de la revue, quel que soit son mode de financement.
Pour pouvoir publier en libre accès dans une revue de la voie dorée, l'éditeur demande à l'auteur·e de payer des frais de publication (Article Processing Charges (APC) ou Book Processing Charges (BPC), qui peuvent s'élever de plusieurs centaines à plusieurs milliers d'euros1: il s'agit du modèle auteur-payeur.

Dans une même revue, on peut trouver à la fois des articles financés selon le modèle auteur-payeur et des articles accessibles sur abonnement : on parle alors de revues hybrides.
Pour fournir un accès complet à ces revues, les établissements paient deux fois : une fois pour publier (laboratoires de recherche) et une fois pour accéder aux contenus (services documentaires).

Dans ce contexte, deux réponses sont possibles : développer plus largement le modèle diamant (ou platine), dans lequel les éditeurs ne font payer ni les auteurs ni les lecteurs, les coûts étant supportés par les institutions publiques ; favoriser la signature d'accords transformants qui "permettent aux institutions de payer un accès à des revues payantes tout en obtenant des compensations sur les dépenses liées à la publication en Open Access de leurs chercheur·es"3.
L'université Lyon 2 a investie dans chacune de ces réponses. Elle est depuis 2021 cofondatrice du pôle éditorial Prairial qui apporte son soutien aux revues universitaires (UL2, UL3, MSH Lyon-St-Etienne), et a récemment souscrit deux accords transformants auprès des éditeurs Elsevier et Cambridge University Press, qui comprennent la consultation des revues de chaque éditeur, ainsi que la publication d'articles en libre accès.

Où publier ?


 
Revues avec accord


L'université Lyon 2 a souscrit deux accords transformants auprès des éditeurs Elsevier et Cambridge University Press. Concrètement ces accords permettent aux chercheur·es de Lyon 2 de publier plus facilement au sein des revues hybrides ou entièrement libres (Full Open Access), les frais de publications ayant été négociés ou prépayés.
Retrouvez ci-dessous les listes exhaustives des revues concernées.
 

Accord Elsevier (2024-2027)

Cet accord en licence nationale portée par le Ministère de l'Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l'Innovation (MESRI), inclut la consultation de plus de 2500 revues de la plateforme ScienceDirect, ainsi que la publication d'articles en libre accès dans les revues hybrides ou totalement libres éligibles.

Pour les chercheur·es de Lyon 2, les frais appliqués pour publier dans une revue éligible sont donc déjà entièrement pris en charge.
Pour les revues qui ne sont pas éligibles, une remise de 10% est consentie.

Voir ci-contre la liste des revues éligibles (PDF).


CIRCUIT DE TRAITEMENT DES ARTICLES

Elsevier workflow

Accord Cambridge University Press (2023-2025)

Cet accord comprend la consultation de l'intégralité du portefeuille de l'éditeur, soit près de 400 revues, ainsi que la publication d'articles en libre accès dans toutes les revues hybrides ou entièrement libres (PDF).

Pour les chercheur·es de Lyon 2, les frais appliqués pour publier dans une revue chez Cambridge sont donc déjà intégralement pris en charge. 

CIRCUIT DE TRAITEMENT DES ARTICLES

CUP workflow

Revues sans accord


Pour toutes les revues diffusées par d'autres éditeurs, les frais de publication seront dus au tarif plein. Retrouvez ci-dessous les listes des revues éligibles à la publication d'articles en libre accès ainsi que le détail des frais de publication pour chaque titre.
 

Oxford University Press

Voir ci-contre la liste des revues éligibles à la publication en libre accès et le tarif des APC (PDFstandard, PDFnon-standard).

Attention, les bibliothèques n'ayant pas souscrit d'abonnement, l'accès complet aux numéros des revues hybrides ne sera pas possible, et ce malgré la publication d'un article en libre accès dans les revues en question. Seul l'article sera consultable.

Pour certaines revues, des frais non standards peuvent s'appliquer en fonction du type de contribution. Retrouvez ci-dessous le détail des tarifs non standards :
Taylor & Francis

Voir ci-contre la liste des revues éligibles à la publication en libre accès et le tarif des APC (PDF).
Sage

Voir ci-contre la liste des revues éligibles à la publication en libre accès et le tarif des APC (PDF).
Springer

Voir ci-contre la liste des revues éligibles à la publication en libre accès et le tarif des APC (PDF).

Wiley

Voir ci-contre la liste des revues éligibles à la publication en libre accès et le tarif des APC (PDF).

Attention, les bibliothèques n'ayant pas souscrit d'abonnement, l'accès complet aux numéros des revues hybrides ne sera pas possible, et ce malgré la publication d'un article en libre accès dans les revues en question. Seul l'article sera consultable.

Comment protéger mon travail ?


Une oeuvre de l'esprit est considérée comme telle, dès lors qu'elle est concrétisée, originale et qu'elle reflète la personnalité de l'auteur·e.
Les travaux de recherche, tels que les articles scientifiques, en font donc partie.

Pour chaque oeuvre créée, son auteur·e dispose de droits moraux et de droits patrimoniaux.

Même si une oeuvre de l'esprit est protégée du simple fait de sa création, il est conseillé de compléter cette protection par l'emploi d'une licence de diffusion.
Il s'agit d'un outil juridique international qui permet de définir les conditions de réutilisation de son oeuvre, ce qui les rend particulièrement propices aux publications en libre accès et leur utilisation est d'ailleurs souvent une exigence des revues scientifiques. Les plus couramment utilisées sont les Creative Commons, qui se déclinent en 6 licences :

Licences CC


Un besoin de formation ?
Renseignez-vous en ligne ou bien écrivez-nous : formation.bu@univ-lyon2.fr
 



 
1 OUVRIR LA SCIENCE. Lexique de la science ouverte. "Article Processing Charges", Consulté le 22/02/23, URL : https://www.ouvrirlascience.fr/category/science-ouverte/glossaire/
2 Consortium unifié des établissements universitaires et de recherche pour l'accès aux publications numériques : association à but non lucratif financée par les cotisations des établissements membres et subventionnée par le Ministère de l'Enseignement Supérieur & de la Recherche
3 BLOG DE L'INTITUT PASTEUR. Les accords transformants, 21/05/2021. Consulté le 22/02/23, URL : http://bit.ly/3mnzFQ

Crédits :
 Science ouverte : partager les savoirs librement, 2020, 1'32, Réalisation Cellule communication du Service des bibliothèques, Université de Strasbourg, Illustration Emma Donnart, Animation Victor Voltz, CC-BY 2.0 FR
▶ Licences Creative Commons, sans date, Fabrique REL, CC-BY